Parce que vous êtes les créateurs de votre réalité!

Une étude publiée mercredi révèle que certaines planètes tournent à contresens autour de leur étoile. Les astronomes cherchent à expliquer ce phénomène encore entièrement nouveau pour eux il y a un an.


Au sein du système solaire, les planètes parcourent leur orbite en tournant dans le même sens que l’astre central qu’est le Soleil. Lui-même effectue une rotation complète au niveau de son équateur en 26 jours. Mais, il y a un an maintenant, l’équipe de l’Observatoire de Genève découvrait que six planètes tournaient dans le sens opposé à celui de la rotation de leur étoile.
Cette incroyable découverte remettait entièrement en question la théorie de la formation des planètes. « Nous avions pensé que notre système solaire était typique dans l’univers, mais dès le départ tout a semblé étrange avec les systèmes planétaires extrasolaires« , explique Frederic Rasio, le co-auteur de l’étude publiée par la revue Nature.

Certaines planètes, particulièrement importantes, à l’image de Jupiter, étaient situées très près de leur étoile et étaient par conséquent très chaudes. Un quart de ces « Jupiter chauds », comme elles ont été nommées, tournent à contre-sens, semble-t-il. « C’est d’autant plus étrange que la planète est si près de l’étoile. Comment l’une peut-elle tourner dans un sens et l’autre orbiter exactement dans le sens contraire ? », s’étonne l’astrophysicien.

Pour le moment, les modélisations informatiques montrent que les perturbations gravitationnelles réciproques de deux planètes, plus ou moins éloignées d’un astre central, entraîneraient des changements d’orbite. La plus proche des deux se rapprocherait progressivement de l’étoile, à l’image des « Jupiter chauds ».
En se rapprochant, les effets de marées augmentent, amenant une perte d’énergie et un rapprochement encore plus important tout en continuant à subir les perturbations de la planète éloignée. C’est à ce moment que l’orbite peut être modifiée et changer complètement de direction, amenant la planète à tourner en sens contraire.

Cette hypothèse est très plausible mais les astrophysiciens sont maintenant à la recherche de la planète perturbatrice. En tout cas « ça donne un cadre théorique complet pour ces systèmes qu’on a détectés depuis un an et demi« , indique Didier Queloz de l’Observatoire de Genève, co-découvreur de la première exoplanète en 1995. Comme il le dit, « on est juste un type de système solaire parmi l’énorme diversité d’orbites et de possibilités« .

Source: Maxisciences

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags