Parce que vous êtes les créateurs de votre réalité!

Source: Québec Science

La façade sud du pavillon Alexandre-Vachon de l’Université Laval a récemment fait l’objet d’une obser­vation particulièrement méticuleuse. Les physiciens Xavier Maldague et Matthieu Klein, dont le laboratoire est situé juste en face, ont braqué une caméra infrarouge sur ce mur épais de 60 cm, pendant 6 jours et 6 nuits. Leur but? Mesurer les variations de température du bâtiment pour en déduire sa structure interne.

En compilant la série de mesures ainsi obtenues, ils ont réussi à « voir » à travers le mur, comme si celui-ci était transparent. Forts de ce premier succès, les chercheurs s’apprêtent à conduire un test similaire à la Citadelle de Québec, pour vérifier s’ils parviennent à discerner les couloirs cachés derrière l’épaisse muraille.

Il ne s’agit que de séances d’entraî­nement. L’objectif ultime est situé à 8 000 km de là. Il s’agit de la grande pyramide de Gizeh, en Égypte. L’équipe espère, grâce à la caméra infrarouge, découvrir enfin ce qui se cache derrière les murs de la dernière des sept merveilles du monde encore debout. Et révéler par là même les secrets de sa construction, ordonnée par le pharaon Khéops vers 2650 avant notre ère.


Ce puissant souverain, soucieux d’assu­rer son passage vers l’au-delà, a érigé cette pyramide lisse et étincelante en guise de dernière demeure. Il a ainsi fait montre d’une mégalomanie rarement égalée! Avec ses 146 m de hauteur, cet imposant tombeau a détenu le record du monument le plus élevé jamais construit pendant 4 millénaires, avant d’être détrôné par la Tour Eiffel en 1889.
Aujourd’hui, quelque 45 siècles après sa construction, la sépulture a perdu un peu de son éclat: elle n’est plus aussi blanche ni aussi lisse, mais elle se dresse toujours fièrement, fidèle à sa promesse d’éternité.

Depuis des siècles, la pyramide de Khéops fascine explorateurs, historiens, pilleurs et curieux en tous genres. Car on ignore toujours comment les Égyptiens, qui ne connaissaient ni le fer ni la roue, ont pu mener à bien un tel chantier. Quelques écrits laissent croire qu’il aura suffi de 20 ans pour hisser un par un les 2,5 millions de blocs de calcaire qui composent l’immuable monument. Mais aucun indice ni témoignage sur les techniques employées n’a été retrouvé.
Ce n’est pourtant pas faute d’avoir cherché! Dès le Ve siècle avant notre ère, l’historien grec Hérodote se penche sur ce cas. Il affirme que les bâtisseurs ont utilisé des leviers en bois pour hisser les blocs étage par étage. Mais le bois est rare en Égypte, et il aurait fallu des centaines de leviers pour tenir le rythme. Depuis, les hypo­thèses se sont multipliées, des plus sérieuses aux plus extravagantes. La pyramide aurait tour à tour été construite par des extraterrestres, des rescapés de l’Atlantide engloutie ou des centaines de milliers d’esclaves. Si l’on sait aujourd’hui que les ouvriers, bien nourris et volontaires, n’étaient pas plus de 5 000 sur le site, on ignore encore comment ils ont procédé pour superposer si parfaitement des blocs pesant entre 2 et 60 tonnes.

En 2007, toutefois, une nouvelle théorie bouleverse le petit monde de l’égyptologie. Proposée par un architecte français, Jean-Pierre Houdin, qui y travaille seul depuis huit ans, elle se fonde sur une intuition: la pyramide a été érigée de l’intérieur, grâce à un couloir à angles droits grimpant jusqu’au sommet. Les archéologues supposaient jusqu’alors que les Égyptiens avaient utilisé d’imposantes rampes extérieures pour tirer les pierres sur des traîneaux de bois. «C’est ce que nous enseignions à nos étudiants, mais nous savions que quelque chose ne collait pas», explique Bob Brier, égyptologue à l’université Long Island, aux États-Unis, qui s’intéresse de près aux travaux de Jean-Pierre Houdin. Pour construire une rampe d’accès allant jusqu’au sommet, il aurait fallu plus de matériaux que pour ériger la pyramide elle-même! «La rampe aurait dû mesurer 1,6  km de longueur», précise Jean-Pierre Houdin. Quant à une rampe externe en colimaçon, bâtie autour de la pyramide, elle aurait été trop fragile et aurait gêné le contrôle du chantier en masquant les arêtes. La galerie interne imaginée par Houdin, en revanche, est à la fois sensée et pratique. Selon lui, les bâtisseurs ont d’abord utilisé une rampe externe en pente douce de 425 m de longueur pour construire les 70 premiers mètres de la pyramide. Cela correspond à la moitié de sa hauteur finale, mais à 85% de son volume. En parallèle, les ouvriers auraient construit le couloir intérieur montant en pente douce jusqu’au sommet. Ce couloir, dans lequel on pouvait tirer les blocs, aurait pris le relais de la rampe pour la partie supérieure. «Le système utilisé pour les derniers 15% du volume de la pyramide ne coûte rien puisque c’est un tunnel. Les architectes ont donc pu “recycler” les 400 000 m3 de matériaux de la rampe externe pour finir la pyramide», précise Houdin. La théorie est séduisante et plusieurs égyptologues de renom, dont Bob Brier, l’ont trouvée plausible, encourageant le Français dans ses recherches.

Celui-ci a d’ailleurs recueilli quelques indices sur le terrain qui semblent appuyer sa thèse. Et il est soutenu par Dassault Systèmes, une entreprise experte en logiciels de simulation 3D qui, pendant deux ans, a mis une équipe d’ingénieurs à la tâche afin de modéliser la pyramide par ordinateur. Ils voulaient ainsi valider l’hypothèse de la galerie intérieure en tenant compte de la densité des matériaux, de leur résistance, des forces exercées, etc. Bilan: la théorie tient bon. Dans le monde virtuel, du moins. Mais pour la valider définitivement, des tests sur le terrain sont maintenant indispensables. Car selon Jean-Pierre Houdin, la galerie serait encore là, intacte derrière les murs.
C’est ici que l’équipe québécoise entre en scène.

Lire la suite dans le numéro de juin-juillet 2011 de Québec Science. 

Publicités

Commentaires sur: "Kheops le mystère élucidé?" (3)

  1. elysée Esposito a dit:

    quel erreur que de penser ce monument comme un tombeau, dans lequel jamais aucune momie n’a été exhumée !! C’est faire fi de ttes les découvertes astronomique, géométriques etcetcetc!! Mauvaise description ! decu

  2. Sauf que cette pyramide n’a jamais été un tombeau mais un lieu d’initiation…Cette pyramide représente une étoile de la ceinture d’Orion. Il n’y a jamais eu mégalomanie chez ces Grands Inities.

  3. que pensez vous de ma thèse sur le mode constructif de khéops ‘la rotation sans roue’
    plus d’infos sur journal internet google en tapant en attaché gillespyramidekheops
    liens

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags